Sirènes de bitume

Publié le par Adriana Evangelizt

 

Sirènes de bitume

 

 

 



Dans les ports, les belles de nuit

Ont les cheveux sentant l'écume

Le regard voilé par la brume

Des marins recherchant l'oubli...

 

Elle s'allongent sur des lits

S'imaginant sur le roulis

D'océans couleur émeraude

Loin des matelots qui, en fraude,

Déversent en elles leurs humeurs

Ecoeurantes comme liqueurs...

 

Dans les ports, les belles de jour

Ondoient, coeur lesté d'amertume,

Telles des sirènes de bitume

Rêvant de voyages au long cours...

 

Elles suivent de loin les bâteaux

Mais restent amarrées au quai

Eternellement embarquées

Sur une galère qui prend pas l'eau

Les forçant à rester en rade

D'un destin dont elles s'évadent

En se rêvant femmes corsaires

D'un navire écumeur de mers...

 

Adriana Evangelizt

Publié dans Mes poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article