Plaidoyer pour Royal

Publié le par Adriana Evangelizt

Cet article fait suite à celui-là pour mieux comprendre pourquoi je peux comprendre Royal...




 

Plaidoyer pour Royal

 

 

 

Non pas que je veuille lui trouver des excuses mais, à mon avis, Ségolène Royal manque cruellement d'expérience dans le domaine proche-oriental tout comme dans celui du Sionisme. Elle n'a pas approfondie la question, elle n'a fait que la survoler. Et sait-elle même ce que c'est ? Ne se trouve-t-elle pas un peu comme moi avant que mes amis m'ouvrent les yeux ? Et si son comportement au Proche-Orient nous a cruellement déçus, à mes amis et moi-même notamment lorsqu'elle s'est retrouvée en Israël, cela ne nous a pas surpris dans le fond. Il ne nous a pas surpris car lorsqu'elle a annoncé qu'elle mettait Julien Dray  comme "conseiller chargé de la coordination des porte-parole", il n'était pas difficile de deviner la suite. On peut dire qu'elle a auprès d'elle un bon conseilleur dont le coeur bat à fond pour Israël, il est sioniste et tous ceux qui suivent ce conflit le savent. Il n'y a qu'à lire ses déclarations et ses prises de positions pour en être convaincu ou savoir que son frère fut un dirigeant de la milice pro-israélienne du Betar pour comprendre qu'automatiquement Ségolène Royal sera fortement influencée par ce que lui diront ceux qui penchent vers Israël et qui sont sionistes . Or qui n'entend qu'un son de cloche ne peut pas se faire une véritable idée de la question. J'en sais quelque chose. Le Sionisme pèse sur la politique française bien plus qu'il ne devrait pour la simple raison que la France est devenue l'antichambre d'Israël grâce à tous les communautarites pro-israéliens gravitant sur le sol et les sphères de notre pays et faisant aller la politique dans leur sens. Il n'y a qu'à voir comment Roger Cukierman a tancé le gouvernement Chirac lors du fameux repas. On sent bien qu'il y a une "contrainte",  une obligation de se conformer à leur idée sinon les gouvernements de notre pays en subissent les représailles. Dont je ne parlerai pas ici mais elles existent et nous en avons la preuve. Et cette tutelle ne concerne pas que la France, les Etats-Unis étant bien plus tributaires encore que la France du Sionisme dans leurs politiques moyen-orientale. Et Hillary Clinton que Ségolène doit rencontrer bientôt n'est pas mieux que les autres. Elle se rendra d'ailleurs en Israël dans quelques semaines.

Il y a quand même quelque chose de surprenant dans l'attitude de Royal, c'est la différence de propos entre ce qu'elle a dit au Liban et ce qu'elle a dit en Israël. Tout le contraire. Pourquoi ? Il y a certainement une raison. Lorsqu'elle a commencé à dire qu'elle pourrait s'entretenir tant avec des membres du Hezbollah que du Hamas puisqu'ils étaient démocratiquement élus, je suis pour penser qu'elle était sincère. Elle le pensait. Du moins pensait-elle que c'était faisable. Ou tout du moins, possible.  Puis il y a eu l'histoire du député du Hezbollah avec la fameuse phrase qui a été mal interprétée et déformée par les médias à la solde de Sarkozy et de ses suivants. N'oublions pas que Julien Dray est avec elle et d'autres encore. Chacun y aura été de son grain de sel pour donner sa vision personnelle de la situation et surtout faire en sorte qu'elle y adhère. Lorsqu'elle a vu les membres de la Finul, il est clair là aussi qu'ils lui ont parlé des survols israéliens dans le ciel libanais et elle a demandé à ce que cessent ces survols et dit qu'elle avait l'intention d'en parler aux dirigeants israéliens. On sait ce qu'il en a été. Là, pareil... une fois qu'elle est arrivée en Israël, il faut essayer d'imaginer la situation. La situation, pour moi, est facilement imaginable car si tous mes amis sont antisionistes, leurs parents par contre sont presque tous pro-israéliens. Quand je leur parle du mur, ils débitent ce que vous débitent tous les sionistes "C'est pour la sécurité d'Israël". Quand je dis, le mur empiètent sur les terriroites palestiniens, ils font un mouvement des bras dans un geste d'impuissance en disant "Que veux-tu y faire ?". Pour eux, c'est normal. La colonisation aussi. Les sionistes ont leur façon d'expliquer les choses qui peut s'avérer être très convaincante pour celui qui n'y connait rien. D'ailleurs le fait que Ségolène demande aux Israéliens "Que pensez-vous du problème palestinien ?" prouve bien non seulement sa méconnaissance du sujet mais aussi sa naïveté. Se peut-il franchement qu'elle croit tout ce qu'on lui raconte ?  Et c'est bien là que le bât blesse. Comment se fait-il qu'on l'ait envoyé dans cette région sans qu'elle connaisse parfaitement le dossier brûlant Palestinien ? Qu'elle en connaisse les tenants et les aboutissants ? Après, j'avoue que j'ai du mal à comprendre pourquoi elle a surenchéri sur l'Iran et le nucléaire civil ? Que lui a-t-on dit ? Sa grosse erreur est de s'être laissée convaincre et de croire que ce qu'on  lui disait était vrai. Est-elle trop confiante ? Est-elle trop naïve ? Quels sont les mâlins qui ont défendu le bien-fondé du mur, des survols israeliens ? Et avant cela de ne plus voir un des membres du Hamas ? Quand on est dans un camp, on n'est pas dans l'autre. Voilà le constat. Chacun prêche pour ce en quoi il croit. Libre à celui qui est en face d'adhérer ou pas.

Pour conclure, -et je prends totalement sur moi ce que je vais dire- je suis poète, pas politique. Et pour cette raison,  je dis ce que je pense. J'ai reçu une multitude de courriels où l'on accuse Royal de mille choses. Et moi aussi par la même occasion puisque j'aurai eu "le tort de croire en elle". Dixit mes amis aussi d'ailleurs. Accuser, c'est facile. Comprendre est une tâche bien plus ardue. Je ne pense pas que Royal soit une ambitieuse prête à tout. Je ne pense pas que ce soit une intrigante. Je ne pense pas que ce soit une menteuse. Je la crois au contraire sincère au plus profond d'elle-même.  Mais je pense aussi  qu'elle peut être influençable et croire que tout le monde est sincère comme elle. Elle ne sait peut-être pas que plus on monte dans les hautes sphères et davantage l'air pur se raréfie. Elle ne sait peut-être pas que l'hypocrisie peut se cacher derrière des sourires. Et qu'avant de prendre tout pour argent comptant, il faut se rendre compte par soi-même. Toujours. Aussi pour cette raison... ceci est ma réponse aux centaines de personnes qui m'ont écrit, engueulé, vilipendé, demandé mon avis...  je suis d'avis qu'il faut laisser au moins une chance à Royal...  laissons-là s'aguerrir... laissons-là s'affermir. Une chance. Et si bien sûr, elle va toujours dans le même sens, on en tirera les conséquences...

 

Adriana Evangelizt

Commenter cet article

Nathaniel 09/02/2007 00:07

Oui, tire toi Jean-Michel, ça nous fera des vacances ! Vas donc patauger dans ton monde matérialiste et paye t'en une bonne tranche avec tes copains ! Si t'es au ras des pâquerettes, ce n'est pas de notre faute. Pace i salute.

logaro 08/02/2007 16:05

Rebelle est le blog http://unepageparjour.over-blog.com/  qui met en ligne un roman arrêté aux USA après le 11 septembre car il expliquait les raisons d'un attentat à venir celui de New York Il est à nouveau sur le net
puis Caltecor 5127 un poème écologique qui est à présent d'actualité et est en ligne
bonne lecture

Jean-Michel 08/02/2007 11:03

De pire en pire ce blog...
Je survole qq articles par-ci par-là et je commence sérieusement à me demander à quel mouvement sectaire vous appartenez !
Vous dites avoir trouvé la lumière, je crois que vous êtes complètement illuminée.
En tout cas j'en ai assez lu, je m'en vais.

Noé 24/01/2007 08:59

Compétence ou compassion : là est la question

 
« La droite ignore la misère des SDF. Quand je serai Présidente, je leur apporterai ma compassion, c'est ça, le socialisme ».Ségolène Royal – décembre 2006Avec la gauche, le cliché se substitue à la pensée et l’insulte à l’argumentation. C’est une pratique constante : faute de pouvoir présenter un programme de gouvernement crédible, la gauche passe son temps à dénigrer et mépriser ses adversaires puis à enfoncer des portes ouvertes. Ce n’est pas de la compassion qu’on attend du futur président, mais de la compétence. La pauvreté est le résultat de l’aveuglement et de l’incompétence partagés à gauche comme à droite.La pauvreté progresse inéluctablement en France parce que notre modèle social génère une inflation de prélèvements (cause ultime de l’inflation réelle) que les gouvernements s'efforcent de rendre indolores et invisibles (pour mieux les augmenter) alors même qu'ils détruisent déjà les mécanismes économiques endogènes de création de richesse. La pauvreté progresse inéluctablement parce que notre modèle social constitue un puissant attracteur générant une immigration de droits sociaux dont le financement menace notre stabilité financière. La pauvreté progresse inéluctablement parce que notre modèle social, qui devait nous protéger de la pauvreté et de la précarité tellement décriées quand on la voit en Angleterre ou aux USA, fait fuir les plus actifs d'entre nous générant une fuite du patrimoine économique et du capital humain hors de l’hexagone que plus rien ne pourra arrêter.Contrairement au discours ambiant, l’inflation n’est pas supprimée ; mais elle est déguisée. L’inflation est déjà en soi un impôt déguisé ; mais l’inflation déguisée nous cache doublement l’impôt. Même si l’Etat français a perdu ses prérogatives en matière monétaire avec l'avènement de la BCE, il garde le pouvoir de lever l’impôt et de réaliser les dépenses publiques. Or, tant que rien n’arrêtera la dérive fiscale et sociale que l’on subit depuis 30 ans, l’inflation réelle sera croissante même si l’inflation apparente est faible. Car l’inflation provient partout et toujours d’une inflation de prélèvements alors que les entreprises sont contraintes de tout faire pour être compétitives et baisser les prix de vente.
 
Déjà certains rois de France coupaient l'or avec le plomb (à défaut de pouvoir transformer le plomb en or) pour financer des dépenses publiques croissantes avec la même quantité d'or prélevée sur le contribuable. C'est qu'à cette époque, l'impôt était douloureux et le contribuable n'hésitait pas à se révolter (voir mes précédentes chroniques sur l'Euro).Depuis plus de trente ans, la gauche comme la droite ont contribué à cet état de fait de sorte qu'il est révoltant de voir la classe politique pleurer sur la précarité, la faiblesse du pouvoir d’achat (et du pouvoir d’épargne) et la pauvreté grandissante qui résultent précisément de cette inflation de prélèvements (fiscaux et sociaux). Pas plus que les rois, nos gouvernants n'ont le pouvoir de transformer du plomb en or...Les économistes sont les premiers à se poser les problèmes de la pauvreté. Mais dès qu’ils pointent un problème susceptible de briser l’économie, ils se font railler ; on les traite de déclinologues. Pire : on les laisse prêcher dans le désert de l’indifférence. Mais maintenant, on parvient difficilement à cacher 30 ans de croissance molle liée à la dérive des comptes publics et sociaux dans un contexte de décrochage technologique qui nous condamne à ne pas pouvoir suivre le train des innovations technologiques. Et ce train là n’attend pas les retardataires…La gauche fait mine de venir au secours du plus faible pour faire barrage à la droite dont la politique aurait mis les gens dans la rue. Comment encore croire à cette fable ? Comment oser agiter un tel cliché tellement usé ? La droite et la gauche sont complices d’une dérive structurelle grave faute d’avoir remis en cause cette trajectoire qui nous conduit depuis 1981 à la collectivisation de notre économie. Le XX° siècle fut pourtant sans appel : partout où l’économie fut collectivisée, elle fut dans le même temps ruinée.
 
 
De son côté, Sarkozy tombe dans la démagogie facile en fustigeant un monde dans lequel les "jeunes" sont ceux qui ont le plus de besoin d'argent alors qu'ils ont de faibles revenus, alors que les "vieux" qui ont moins de besoin ont les revenus. C'est faire preuve d'une impardonnable ignorance de l'économie de la part d'un ancien ministre de l'économie. Les jeunes sont par définition sans expérience ; ils ne peuvent prétendre à des salaires élevés au regard de la faiblesse du capital humain accumulé. Puis, avec l'expérience, la compétence et la maturité, les espérances de salaire progressent naturellement. Ce qui est somme toute normale.
Voilà pourquoi la pauvreté progresse dans notre pays. A force de flatter les uns et les autres par démagogie, on en vient à faire passer des stupidités pour des éclairs de génie.
Ouvrez donc les yeux, la compassion rend aveugle.
 
Un internaute ajoute:
Et si Ségolène Royal gagne les élections, je conseille qu'elle propose aux meilleurs et engage une équipe de futurs ministres recrutés dans tous les partis et dans les meilleurs entreprises pour tirer ensemble la France vers l'Excellence et ne plus se battre les uns contre les autres.
NP

lory 09/12/2006 13:26

un blog interessant, bonne journée