Vincent

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

 

 

VINCENT


A Van Gogh...

 

  La nuit étoilée... juin 1889

 

Il peignait des soleils
Trop ronds
Pour échapper au cercle infernal
Qui trottait dans sa tête
A en perdre la boule
Sphère illogique de sa raison
Et toujours ces soleils
Trop jaunes
Sur fond de champs de blés
Trop penchés
Du mauvais côté
Comme si sa silhouette
Voulait s’accrocher à ces soleils
Toujours ces soleils…


Obsession ?
Ou alors ?
Dis moi Vincent
Tous ces soleils
Illuminaient-ils
La nuit infinie
Qui plombait ton regard.

 

 

Adriana Evangelizt


 


Publié dans Mes poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article