Sarkozy me fait penser à ma mère

Publié le par Adriana Evangelizt

 Sarkozy me fait penser à ma mère

 



Sarkozy me fait penser à ma mère. Lorsque j'ai lancé ça à la soirée hier soir, tout le monde a éclaté de rire. D'autant que mes proches connaissent très bien mon passé houleux avec elle. Et pourtant, c'est la vérité, quand je vois Sarkozy je vois ma mère. Certaines analogies sont très curieuses. Ainsi lorsqu'il s'exprime, la machoire serrée, je la vois elle, en train d'essayer de me convaincre du pseudo bienfait de ses idées auxquelles elle savait que j'étais réfractaire. Et comme Sarkozy, elle joignait le geste à la parole. Les mains fendaient l'air devant moi tandis qu'elle égrennait ses diktats.
Je veux. J'ordonne. J'exige. J'ai décidé. En me regardant bien dans les yeux de son regard noir. Le même que Sarkozy. Ce qui était bien pour elle devait être bien pour tout le monde. J'ai l'intime conviction que. Je sais ce que j'affirme. C'est la meilleure idée et la meilleure solution. Il n'y en a pas d'autre. La tolérance zéro. Comme lui. Je suis certaine que si elle l'avait rencontré, elle aurait eu le coup de foudre. Elle se serait reconnue dans cette poigne. Dans cette inflexibilité. Dans cette dureté. Et dans ses partis pris.


Ainsi comme Nicolas Sarkozy aime Israël, ma mère aimait la Russie. Elle était communiste comme lui est sioniste. Pas un jour ne se passait sans qu'elle me vante les charmes du communisme et de la Russie. En fait, elle voulait me convaincre d'adhérer à son parti. Le bourrage de crâne a commencé alors que j'avais quinze ans et demi. La Russie c'est le nirvana. Le Jardin d'Eden. Les Russes vivent comme des princes. Les études sont gratuites en Russie. Bref la Russie, c'était l'Eldorado et si elle avait été croyante, Dieu aurait été communiste. Les goulags, bien sûr, n'était qu'une propagande mensongère et Soljenitsine, un vendu à l'ennemi des Russes. Tout ça pour dire que lorsque les gens sont toqués d'une idéologie et qu'ils sont enclin à l'autoritarisme, il faut en passer par là ou par la porte. Mais plutôt par là. Parce que la porte, elle est irrémédiablement fermée. Pas d'échappatoire. On est obligé de subir. Alors bien évidemment, tout ce qui ne va pas dans leur sens est rejeté. Et tout ce qui ne leur ressemble pas est ostracisé. Ils veulent faire régner leur Ordre mais ne se rendent pas compte qu'ils sèment le Désordre. En traçant des chemins balisés d'interdits. En imposant leurs vues étriquées et leurs pensées étroites. En suscitant des polémiques et des conflits. Ils ont souvent l'âme guerrière et ne supportent pas la Paix. Les situations conflictuelles les mettent en transe. Ils exultent dans la colère et dans l'intransigeance.


Oui, Sarkozy me fait penser à ma mère. La même arrogance. Même insolence. Même impudence. Elle voulait me soumettre comme Sarkozy veut soumettre le Peuple de France. Tolérance zéro. Le travail rend libre. Arbeit macht frei. Pendant que les esclaves travaillent, ils ne pensent pas. Même notre esprit doit leur appartenir. Mettons-nous à genoux devant les maîtres. Soyons serviles. Rampons au rythme de leurs ordres et de leurs coups de schlague. C'est ça la vie pour eux. Pour se sentir exister, ils ont besoin d'exercer leur puissance sur les autres. Et si vous avez le malheur de vouloir échapper à leur contrôle, pas de rémission. Mais l'oppression. Toujours. Sûrement que ma mère aurait fait un bon cerbère de goulag. Mais lorsqu'elle m'enfermait à clef dans ma chambre, je passais par la fenêtre. Et les coups à venir ne me faisaient pas peur.


Ce que n'ont pas compris tous les despotes du monde, c'est que l'Homme est né pour être libre. C'est comme un appel au fond de lui.  Enfermé dans son âme. Il porte la Liberté tel un flambeau que nul ne peut éteindre. Il y a bien sûr ceux qui subissent. Et puis les autres. Les récalcitrants. Les Rebelles. Les Insoumis.  Ceux-là ne s'en laissent pas compter par les commandants de galère. Comme Ben Hur, ils résistent. Ils  n'ont peur de rien. Même pas de perdre la vie. La Liberté est parfois à ce prix... et la France est un grand pays de Résistance...

 

Adriana Evangelizt

Commenter cet article

Chevalier Kadosh 13/10/2006 17:27

Un peu trop dure vis à vis de ta maman Adriana. N'oublie jamais que tu es en vie parce qu'elle l'a voulu. Cela peut servir de crédit pour atténuer l'aigreur de tes propos. Je te lis, tu m'intéresse...stay in touch

Adriana Evangelizt 14/10/2006 11:06

Cher Chevalier Kadosh...

Si tu lis le premier passage relatif à mon enfance, tu verras qu'elle ne m'a pas vraiment voulu et que j'étais un "accident".
http://evangelizt-poete.over-blog.com/article-3862723.html
Ce qui est sûr c'est que mon âme a choisi de s'incarner dans cettte famille et qu'il y a sans doute une raison.
J'ai bien sûr pardonné ma mère qui est morte en 1981 en me reniant sur son lit de mort. Je l'ai pardonné en fait depuis que je suis entrée dans la voie Hermétiste. Je livre donc là des souvenirs pleins de réalisme et qui ne me font plus souffrir. Un peu comme un témoignage pour tous les enfants qui souffrent de l'autorité parentale parfois poussée au paroxysme. Si certains en sortent plus ou moins indemne, d'autres pas...
Je te remercie pour ton message... ok, stay in touch..
Adriana


charline béchade 10/10/2006 20:27

ah une vrais femme
une nouvelle  jeanne d arc
une rebelle,une guerriere 
voila  méssieurs  voila