La Vieillesse

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

LA VIEILLESSE




 

 

Et je ferai mon nid
Comme un oiseau malade
Sans la moindre parade
Sur un arbre tremblant
Et ma vie ne sera plus
Qu’une dérobade
Je n’existerai plus
Mais je ferai semblant…

 

Et puis je cesserai
Cette éternelle errance
Pour construire un tombeau
En attendant la Mort
Et garderai pour moi
La belle souvenance
D’un passé envolé
Sans avoir pris mon corps…

 

Ce corps vieux et ridé
Courbé par les années
Dont rien ne restera
De sa folle jeunesse
Mais qu’un cœur insolent
Forcera à rêver
Malgré les cheveux blancs
Apparat de vieillesse…

 

Alors
Je fermerai mes yeux
Pour retrouver cette autre
Que je fus
Des ans auparavant
Je sentirai couler
Sur ma joue les regrets
Et voilerai ma face
Pour ne plus voir le temps…

 

Adriana Evangelizt

Publié dans Mes poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article