L'Amour

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 



L’AMOUR




 

Jai traversé les océans tourmentés
Du mal de vivre,
Les orages des déceptions
Marché sur les aiguilles foudroyantes
De la passion
Roulé dans les draps du plaisir
Qui n’apaise pas…
J’ai tout fait, tout voulu…
Tout eu… tout perdu…

 

Au loin brillait une lumière
Inaccessible
Mais il me fallait pour l’atteindre
Crucifier sans cesse ma route
Plonger dans les abîmes du doute
Brûler mon âme aux feuilles du pavot
Meurtrir ma tête au zinc froid des bistrots
Et rouler jusqu’à vomir dans la sciure
De mes propres déchirures…
J’ai tout fait, tout voulu…
Tout eu… tout perdu…

 

J’en étais arrivée
A ne plus croire en rien
A ne plus respecter ce qui meurt
Ce qui vit
Mon honneur foulé à mes pieds
J’avançais mains tendues
Poitrine nue
Sur le sentier de mes larmes
Et de mes drames
Alors… il est venu
Mordre la poussière de mon chemin
Écartelé comme un pantin
Le couteau de son destin
Planté
Dans le creux de ses mains
Il avait tout fait, tout voulu
Tout eu.. tout perdu…

 

Il est tombé fatigué devant moi
Qui ne l’avait pas vu
Tant mes yeux fixaient la Lumière
Loin là-bas…
J’ai trébuché sur son corps
Sans défense
Et dans ma chute
Je n’ai vu que son regard
Clarté au milieu de l’ombre
Soleil brûlé par la pénombre…
Nos bras se sont agrippés
Nos mains trouvaient enfin
Ce qu’elles ne cherchaient plus
Et ses yeux me criaient
Dans un rideau de pluie…
J’ai tout fait… tout voulu…
Tout eu… tout perdu…

 

Titubants
Nous nous sommes relevés
Silhouettes chancelantes
Dans le froid matin
Nos visages se sont tournés
Vers la Lumière loin là-bas
Et tandis que les guenilles
De notre passé
Éclataient dans le ciel
Une route éblouissante
S’ouvrit devant nous…



Adriana Evangelizt

Publié dans Mes poèmes

Commenter cet article