L'enfance déchirée

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

L'enfance déchirée


 

 

 



Je grandis bien trop vite...

Ils ne se parlent plus ou alors ils s'évitent

Quel silence mortel

Dans notre maison froide semblable à un hôtel.

Je n'ai plus de parents

Leur couple n'est qu'apparent

Tout est faux... jusqu'à leurs rires

Qu'ils font semblant d'avoir pour m'éviter le pire.

 

 

Et déjà le sens

Cette année va rider mon coeur d'adolescent

J'ai jeté mes jouets

Sur les murs de ma chambre je dessine des bouées

Pour ne pas me noyer

Dans leurs chagrins d'adultes où ils veulent me piéger...

 

 

Je grandis avant l'âge

A force de les voir méprisants et volages

Déjà je désespère

Qu'ils ne m'imposent un jour d'autres pères, d'autres mères

D'autres grands imbéciles

Camouflant dans leur coeur quelques passions fossiles

D'autres grands inutiles

Qui n'auront de l'Amour qu'une notion futile.

 

Adriana Evangelizt

Publié dans Mes poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article