Le Corse

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

LE CORSE


(à Yvan Colonna...)

 

 

 


Il monte
Un chemin escarpé
Bordant une falaise
Il entre
Dans une hutte en pierres
Au toit rouge de braise
Il boit
L’eau glacée d’une jarre
Faite de terre et de glaise
Le front
Ruisselant de sueur…
Ici tout est fournaise…


Il sort
Les aboiements des chiens
Résonnent dans la montagne
Pourtant
Il a choisi entre partir au bagne
Enchaîné
Ou rougir de son sang
Ce pays de cocagne
Qu’il aime
Jusqu’au sacrifice
Et de toutes ses forces
Il ne l’a pas choisi
Mais il est homme et corse…

 

 

Il marche
Corps sculpté par l’effort
Luisant de tout son torse
Ses yeux
Ressemblent à un gouffre
Il y danse des flammes
Il sait qu’il ne reverra plus
Ni sa mère ni sa femme
Il pense
A la dernière bombe
Qu’il faudra qu’il amorce
Pour gueuler à la loi
Qu’elle n’est faite que d’entorses.

 

Adriana Evangelizt

Publié dans Mes poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article